J’ai été adopté par un chat

Auteur Nolwenn Whatevs

Un jour, alors que je rentrais des cours, je vois un chat dans mon jardin. Et autant dire que des chats errants, il y en a pas mal où je vivais, mais je les connais tous. Celui-là avait une très mauvaise tête, en plus.

Je me souviens alors que mon père m’a parlée d’un nouveau chat dans les parages, et qu’il était affamé (une voisine avait vu ce nouveau chat se battre toutes griffes dehors avec le sien juste pour accéder à la gamelle).

Je prends donc pitié, et ramène une de nos nombreuses gamelles remplie de croquettes. Le chat était tellement affamé qu’il n’a pris que quelques secondes pour réfléchir avant de m’approcher (autant vous dire que, connaissant les chats errants, j’étais plus que surprise ; d’habitude ils attendent que vous soyez partis pour venir voir la gamelle, surtout quand ils ne vous connaissent pas).

Il mange (dévore) donc sa gamelle sous mes yeux, et je dois lui redonner à manger tellement j’avais mal au cœur. Et puis, une fois qu’il s’est rempli la pense, il s’est approché de moi.

Je n’ai rien dis, et suis restée assise en tailleur pour voir ce que ce chat ferait. J’avais 15 à l’époque, et je rêvais d’en avoir un.

Quand il est assez proche, je tente de le caresser. Aucune peur venant du chat, il commence même à ronronner comme un moteur, et moi je suis aux anges.

Quelques secondes plus tard, ce chat monte sur mes genoux, et s’allonge. Avant de s’endormir. Oui, s’endormir.

J’étais littéralement sous le choc. Ce chat était affamé et épuisé, tellement qu’il était prêt à s’endormir sur les genoux d’une inconnue.

Bien évidemment, après ça, je voulais l’adopter. Mon père m’a dis non (et sachant que moi et ma sœur vivions seules avec lui, c’est le seul qui disait vraiment non, mais c’était à cause de son allergie).

J’ai donc laissé rentrer ce chat à de multiples reprises, ai même réussie à la faire dormir avec moi, mais bien sûr ça n’était pas durable et mon père m’a découvert le lendemain.

Je l’ai donc remise dehors, et l’ai nourrie. Puis je suis allée en cours, en espérant bêtement le revoir le soir.

Ce fut le cas, et je passais quelques moments avec lui avant que, à cause du froid de février, je ne sois obligée de rentrer.

Je lui redonne à manger, et vis ensuite ma vie.

C’est le soir que tout s’est joué.

Mon père et ma sœur regardaient quelque chose à la télé, vers 21h, et je passe avec mon casque sur les oreilles. Je l’enlève deux secondes pour leur parler, mais je m’aperçois clairement qu’il y a un bruit étrange. Donc je leur demande puisqu’ils ne semblaient pas s’inquiéter.

« – C’est le chat qui gratte à la porte. »

C’est tout. Comme si c’était normal.

Je leur demande donc depuis combien de temps.

« – Oh depuis 20 minutes. »

J’étais estomaquée. Comment peut-on regarder une série tranquillement, alors que vous entendez clairement un chat gratter désespérément à la porte depuis 20 minutes ?!

À ce moment-là, je n’ai pas réfléchie, et j’ai tout simplement dit que ce chat allait rester à la maison, ou alors qu’on allait lui trouver quelque chose.

Elle a cet air un peu mauvais la première fois qu’on l’a voit, mais c’était vraiment un chat adorable. Elle ne miaulait jamais, ne se plaignait jamais, ronronnait tout le temps, me suivais partout… ma grand-mère et mon père étaient persuadés qu’elle essayait de dire mon nom quand elle me cherchait.

C’est ainsi que nous avons accueillis Peluche (ou Moumoune, pour les intimes). Apparemment c’était une fille, mais les médecins n’étaient pas sûrs car elle était très vieille. Ils nous ont aussi dis qu’elle avait dû être abandonnée à cause de son âge (elle devait avoir plus de 15 ans), et/ou de ses problèmes de santé.

On a aussi remarqué qu’elle avait dû être battue (quand elle a fait caca par terre dans le bureau car elle ne savait pas où était sa litière, elle s’est immédiatement cachée sous une table hors de portée).

Ce n’était pas un chat d’extérieur, c’était clair. Elle ne passait jamais plus de 15 minutes dehors, et seulement pendant l’été où madame pouvait faire bronzette.

Tout le monde l’adorait, et ma grand-mère qui était phobique des chats a pu vaincre sa peur grâce à elle.

Malheureusement, elle était très vieille et au bout d’un an, même en la traitant quotidiennement avec des piqûres, son état a fini par empirer et il a fallu la piquer une bonne fois pour toute.

Ce fut le chat le plus adorable du monde. Honnêtement, ça m’a fais réfléchir et me dire que je ne voulais plus acheter d’animaux, mais les recueillir. L’expérience était incroyable, et je n’aurai pas cru m’attacher autant à un animal en seulement un an.      http://bit.ly/2MYGkLy

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s