Élever des enfant dont le QI est élevé

Auteur Cynthia White

Il y a environ 20 ans, je me souviens du jour où j’ai appris que mes deux enfants étaient plus intelligents que moi. Lorsque mon fils avait des difficultés en cours et qu’il ne réussissait pas bien, je lui ai fait passer avec ma fille en même temps un test de QI professionnel. Ils étaient tous les deux dans la catégorie “surdoués” avec des QI respectifs de 141 et 140. J’avais moi-même fait ce test peu de temps auparavant, et je savais que j’avais un QI de 126.

J’ai me suis dit en première réaction :

“Oh merde, qu’est-ce que je fais maintenant ?”

Après cette période de choc initial, je me suis sentie résignée et motivée à les stimuler intellectuellement autant que possible. Je n’ai pas sauté de joie.

Dans notre maison, ça voulait dire qu’ils avaient beaucoup de livres à lire. J’étais très stricte au sujet de l’heure du coucher, mais dans tous les cas, ils avait le droit à 30 minutes de plus s’ils étaient prêts à lire tranquillement au lit, ce qui était toujours le cas.

Certaines personnes ont un budget “divertissement”. J’avais un budget “livres”. Ils avait toujours de nouveaux livres par leur école, mais nous allions aussi régulièrement à la librairie. “Vous pouvez choisir chacun quatre livres”, leur disais-je. Je me fichais du sujet des livres.

J’ai acheté un énorme tableau noir, 120x180cm et je l’ai accroché dans la cuisine.  Il était donc facile de s’aider dans leurs devoirs, d’écrire des choses les uns aux autres et de faire des dessins. J’ai essayé d’être créative pour rendre leur apprentissage amusant. Quand ils me donnaient du fil à retordre sur les variétés de pommes que j’achetais, je mettais en place un “blind test” (ndt : test à l’aveugle), dans lequel ils avaient plusieurs pommes à goûter. Ils devaient essayer d’identifier leur variété (ils n’y arrivaient pas) et décrire ce qu’ils aimaient et n’aimaient pas dans chacune d’entre elles.

Je n’ai jamais essayé de leur faire mémoriser des trucs en tout genre ou utilisé des flash cards. Je les faisais régulièrement (au lycée) pratiquer des “activités manuelles”. Je sortais un carton de choses comme de la colle colorée, des macaronis séchés, des paillettes, des fils chenille et du papier canson. Puis je leur demandais de créer quelque chose.

Vu qu’ils étaient si intelligents et qu’ils parlaient en permanence, même après qu’ils soient devenus trop vieux pour faire la sieste, j’ai insisté pour qu’ils aient une heure de “temps calme” dans l’après-midi, où ils devaient être tranquilles dans leur chambre. C’était fait pour préserver ma santé mentale.

Depuis que je suis écrivaine, nous avons joué à beaucoup de jeux de mots et d’écriture. Nous le faisons encore quand ils viennent me rendre visite.

Je les ai encouragés à pratiquer des sports en équipe, ce qu’ils ont fait tous les deux. J’ai aussi encouragé les cours de musique, mais ni l’un ni l’autre n’étaient très enthousiastes à ce sujet jusqu’à un certain jour, car ils sont maintenant tous deux des guitaristes accomplis. Mais ils ont essayé la guitare et le piano pendant quelques mois vers 10-12 ans. Ma fille voulait jouer de la harpe, mais je n’en avais pas les moyens. Au moment où j’avais assez d’argent pour lui payer des cours, elle avait perdu son intérêt pour cet instrument.

J’ai organisé des cours particuliers d’informatique pour eux. Les ordinateurs à la maison étaient une nouveauté au début des années 1990 et tout le monde n’en avait pas un. Je connaissais un informaticien qui est venu chez moi et a donné aux deux enfants des cours sur tout ce qu’ils voulaient apprendre. Je pense que mon fils voulait apprendre un peu de codage et quelques trucs sur les réseaux informatiques. Ma fille voulait apprendre un programme du genre Photoshop. Mon fils est devenu le technicien attitré de son collège et l’assistant du gars qui gérait tous les ordinateurs de l’école, ce qui était très utile pour lui vu qu’il perdait son temps à faire le clown en classe. Ce professeur virait régulièrement mon fils de la classe pour qu’il aille faire de l’informatique.

Il y a eu des années difficiles quand j’étais une mère célibataire qui travaillait. On a beaucoup joué aux cartes. Je leur ai appris au moins une demi-douzaine de jeux. On jouait souvent à des jeux nécessitant 4 personnes, où je comptais pour deux personnes. Quand ils étaient petits et que je trouvais le bridge trop compliqué, je leur ai appris le whist. Nous avons joué à la Dame de Pique, au gin, au memory (là où il faut faire des paires avec des cartes retournées), un peu de canasta et au poker.

Il est intéressant de noter qu’ils sont maintenant tous les deux joueurs de poker en compétitions, entre autres. Quand me remémore ce que j’ai pu faire, je pense que j’ai vraiment fait de mon mieux. Mon fils a ensuite obtenu son BAC de sciences il a joué au rugby pour l’université A&M du Texas. Il est heureux et est rémunéré dans son travail aujourd’hui (c’est ma définition du succès). Non seulement il a un emploi, mais il a aussi sa propre start-up Karma Tribe (ndt : qui malheureusement est en suspens comme j’ai pu le voir sur leur site), avec laquelle il espère faire de ce monde un monde meilleur. Ma fille vient de terminer un doctorat en psychologie évolutionniste à l’université de Californie à Santa Barbara où elle a été “Chancellor’s Scholar” (ndt : une bourse d’étude sélective accessible aux meilleurs élèves), la plus haute distinction qu’un étudiant puisse obtenir, et elle est également heureuse avec un travail.

Les voici à Las Vegas, il y a quelques années.

Quel que soit leur potentiel et peu importe ce qu’ils feront, je pense que la meilleure chose que j’ai faite a été de les encourager à compter l’un sur l’autre et à s’apprécier mutuellement, car un jour je ne serai plus de ce monde, mais ils seront toujours là l’un pour l’autre.

http://bit.ly/32s7m4Q

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s