Carlos, le terrible

Author Mark Brown

Pour la plupart des personnes, Carlos était un élève horrible. Noté «F» et au bureau tous les jours pour une foule de raisons disciplinaires. Je connaissais mieux sa mère que la mienne.

Cela dit, j’aimais beaucoup Carlos. Il était honnête et franc face à ses problèmes à la maison (famille décomposée, lié à un gang, drogues, père biologique en prison, beaucoup de mecs qui fréquentent sa mère) et à l’école. Il n’a tenté d’accuser personne de ses méfaits ni de trouver des excuses à son comportement.

En tant que CPE, Carlos et moi avons parlé souvent et longuement (quelle surprise !). Et j’ai vraiment appris à le respecter et à prendre soin de lui. Note : J’étais un des très rares enseignants, conseillers, proviseurs, membres du personnel et même autres étudiants à éprouver ça.

Il n’a pas tenu. Un an après, il a finalement été expulsé pour s’être battu et je ne l’ai plus revu.

10 ans plus tard, un soir alors que je supervisais un match de football, j’ai entendu quelqu’un crier: « Hé, Docteur Brown ! ». Je me suis retourné pour voir qui m’appelait et de l’autre côté de la barrière qui entourait le campus, je l’ai vu !

Alors que je m’approchais, il fit de même avec un grand sourire, et il dit : « Je suis tellement heureux que tu sois encore là, Doc Brown ! » « J’ai envie de te dire quelque chose depuis très longtemps ! »

Je lui ai demandé ce qu’il voulait me dire, et il m’a répondu: « Je voulais juste te remercier de m’avoir toujours traité avec gentillesse, respect et attention, alors qu’à cette époque de ma vie, je ne le méritais certainement pas. Personne d’autre ne l’a fait. »

Il m’a ensuite dit qu’il avait un emploi stable, qu’il était hors du gang et des drogues et qu’il avait une petite amie.

« Je suis si heureux de t’avoir rencontré, parce que tu as cru en moi quand personne d’autre ne l’a fait. » « Merci ! »

Puis il passa la main à travers la clôture (du mieux qu’il put) et, les larmes aux yeux, me serra la main. Je lui ai dit que j’étais très fier de lui et lui ai souhaité davantage de succès à l’avenir.

Si je vis jusqu’à cent ans, je n’oublierai jamais cet incroyable jeune homme, son courage, son honnêteté et son combat contre d’énormes difficultés. Je ne pourrai jamais non plus raconter cette histoire sans avoir les larmes aux yeux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s