Le deuil

Chaque décès me choque. Ce pourrait être à un moment prévu ou arriver comme une surprise. C’est toujours une surprise, un coup de vent frisquet, une injustice. À chaque fois, je n’y crois pas au début. Je refuse l’information.

Chaque décès me peine. Les mots qui resteront toujours non-dits, les regards complices qui ne seront plus que souvenirs, l’enseignement qui restera inachevé, la tendresse qui est devenue solitude, le rire qui s’est éteint à jamais… Chaque instant est prétexte aux souvenirs. Je fais le tour comme on visionne un film, puis je dis aurevoir.

Chaque décès me fait un cadeau : je suis privilégiée d’avoir la vie. Je réalise que la vie est précieuse et qu’elle finira. Je veux embrasser la vie. En prendre soin, toujours me rappeler qu’elle est temporaire. Chaque décès me ramène à l’essentiel. Comme un bébé, simplement respirer et expérimenter les élément naturels des environs prend une importance ultime.
Je revois mes priorités, ce qui compte le plus pour moi à court terme et à long terme.

Je décide à nouveau comment je veux occuper mes jours, mes nuits. Je prends des résolutions pour ma santé. Chaque décès est comme un redémarrage.

Cette histoire vous a plu? je vous suggère les suivante qui sont dans le même ton :

La-plus-belle-journée

Noir-ou-blanc

Une-voix-audible

Deux-vies

Une journée-comme-les-autres

Recommencer

Journée-de-rêve

La-vérité

Le-deuil

Chance-ou-mérite

Le-sucre-et-la-vanille

3 thoughts on “Le deuil

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s