La plus belle journée

Amia est arrivée dans ma vie en août 2000 mais je ne l’ai découvert qu’en septembre. Un médecin m’a confirmé que j’étais enceinte et, du même souffle, que 35% était la probabilité de mener la grossesse à 15 semaines sans fausse couche. J’ai attendu que le temps passe. Amia est restée. À douze semaines de grossesse, moi qui pensais que le foetus était inerte, j’ai eu la chance inouie de passer une échographie. Amia bougeait comme un poisson dans l’eau. Elle bougeait ses bras, ses jambes, sa tête et tout son corps. Sur mes joues les larmes de joie n’étaient qu’un pâle symptôme du feu d’artifice qui se jouait à l’intérieur. Un enfant était là, bien en vie malgré les statistiques.

Cette histoire vous a plu? je vous suggère les suivante qui sont dans le même ton :

La-plus-belle-journée

Noir-ou-blanc

Une-voix-audible

Deux-vies

Une journée-comme-les-autres

Recommencer

Journée-de-rêve

La-vérité

Le-deuil

Chance-ou-mérite

Le-sucre-et-la-vanille

2 thoughts on “La plus belle journée

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s